Le sergent Jules Réhel.

Le sergent Jules Réhel est mort en Belgique, en héros le 28 Août 1914 peu après le début des hostilités. Il a été blessé dans la rue qui porte actuellement son nom.
Monsieur Dauchot, qui nous a fort aimablement transmis ces photos, nous précise que tous les ans, le 11 Novembre, le drapeau français flotte au dessus de la plaque. Une délégation de la commune de Leernes y dépose une gerbe. La Marseillaise et la Brabançonne y sont également interprétées en son honneur. Il est très émouvant que nos amis belges aient su garder et honorer le souvenir de ce jeune soldat depuis cette époque.
Nous remercions Monsieur Dauchot qui nous a fait particulièrement plaisir en nous signalant ces faits.
Quelques précisions généalogiques :
Jules Réhel est né en 1890 de Jules Réhel capitaine de marine marchande né à Saint Briac sur Mer et de Eugénie Bourguignon, mariés au Havre.
Il est rattaché à la branche Canadienne, par son ancêtre Thomas Réhel né à Mégrit en janvier 1691, oncle de Julien le premier pionnier au Canada.

Nous avons reçu de Mme et M. Michelle et Pierre REHEL et leur fils Gildas
quelques informations complémentaires sur leur cousin.



1 ère Lettre : Comité international de la Croix rouge. Rédigé à Genève le 28
septembre 1915 pour le comité.

Monsieur,

Faisant suite à notre communication du 22 mars 1915, nous devons
vous informer que nous recevons de Mme BARBIER, infirmière à l'hôpital civil
de Charleroi (Belgique) les renseignements complémentaires suivants :
Le sergent REHEL Jules du 28ème d'infanterie, 10ème Compagnie, est décédé
le 28 août 1914 a 11 heures du soir à l'ambulance de Fontaine l'Eveque,
d'une plaie perforante du crâne. Il a été inhumé au cimetière communal de
Fontaine l'Évêque, dans un cercueil qui pourra être repris par la famille.
Un sac avec divers objets est à la disposition de la famille.
Nous regrettons vivement d'avoir à revenir sur cette triste nouvelle, mais
nous avons pensé bien faire de vous transmettre ces renseignements
complémentaires.
Veuillez croire, monsieur, à nos sentiments de profonde sympathie.

2éme Lettre: Lettre écrite par Mr Reuter sous lieutenant, 28ème régiment
d'infanterie le 13 septembre 1914, adressée aux parents de Mr Jules REHEL.

Cher Monsieur,

J'ai bien reçu votre lettre du 12 écoulé, adressé à ma femme.
Je comprends la douleur qui vous étreint, je ne puis malheureusement vous
certifier en aucune façon, les dires du soldat que vous a renseigné sur le
sort de mon bon camarade "Julot" comme nous l'appelions amicalement .
J'ai pris des renseignements en effet, au lendemain de cette grosse
escarmouche de LEERNES, et à ce moment, les soldats de la section de votre
neveu m'ont affirmé l'avoir vu tomber grièvement blessé, leur disant de le
laisser; néanmoins il faut espérer, il ne se passe pas de jours où nous ne
recevions des nouvelles de camarades laissés pour morts au champs d'honneur,
et qui tout a coup donnent signe de vie.
Je ne sais trop qu'elle direction il faut pour diriger mes renseignements
mais si par malheur votre neveu ne revient pas, dites vous qu'il a fait son
devoir jusqu'au bout, et que la France peut être fière d'avoir de tels
enfants...

Un article paru en 1984 pour la commémoration du 70ème anniversaire de son sacrifice :

"Mon père, ma mère, ne me pleurez pas. J'ai fait mon devoir, je suis
mort pour la France." Ce sont la les dernières paroles prononcées pas le
sergent REHEL. Militaire français, il s'éteignait à Leernes, épuisé par la
douleur, le 28 août 1914. Quatre jours plus tôt, il avait été cruellement
blessé au combat.
A l'occasion du 70ème anniversaire de ce sacrifice et 40 ans après
la libération de 1944, c'est au cours d'une émouvante cérémonie, qu'un
hommage a été rendu à sa mémoire.
Que ce soit au lieu dit "lespinette", où il est tombé, que se soit
à l'église, au monument de la place ou encore au cimetière, c'est une foule
nombreuse et émue qui a accompagné les descendants du héros français tout au
long de son pèlerinage en terre hennuyère, mené à l'initiative M Jean Clovis
Meys. Et c'est Mr DEGAUQUE qui a accueilli Mr et Mme Pierre  REHEL, notaire
à saint Malo et Alain REHEL, docteur à Saint Brieuc, cousins du sergent
REHEL.

Un grand merci à Mme et M. Pierre REHEL pour ces émouvantes précisions sur la disparition tragique de leur cousin.